Accueil arrow INFOS DU JOUR arrow Sens de Circulation...
Narrow screen resolution Wide screen resolution green color default color orange color
Sens de Circulation... Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

L’autre jour, une discussion s’est engagée, en Randonnée,  sur le sens de la Circulation.

Pierre a ouvert le débat.

Voici les indications que j’ai trouvées sur le sujet.

 

 

Chaque pays possède un CODE DE LA ROUTE qui impose la circulation à droite ou à gauche de la chaussée. De ce choix de circulation, bien sûr, découlent naturellement le positionnement de la signalisation routière et les ordres de priorités.

En France les automobilistes doivent circuler à droite, les cyclistes également (sauf dans le cas où une piste cyclable se trouve sur le côté gauche). En l’absence de trottoir, les piétons doivent marcher à gauche sauf les piétions circulant en groupe qui doivent circuler comme tous les véhicules à droite… Ne revenons pas là-dessus !

Comme vous le savez tous, si en France on circule à droite, en Angleterre on circule à gauche.

Pourquoi circule-t-on à droite en France et à gauche dans d’autres pays ?

Pour nous l’originalité est de rouler à gauche… mais autrefois c’était  la norme.

Au Moyen-Âge les routes n’étaient pas sûres. En effet, les marcheurs et les cavaliers  pouvaient tomber à tout moment sur un bandit au cours de leurs déplacements. Si ils croisaient une personne, il leur était très difficile de deviner ses intentions. Pour parer à toute éventualité, les voyageurs se tenaient sur leur garde, prêts à dégainer l’épée qui se situait à gauche de la ceinture. Pourquoi porter l’épée à gauche de la ceinture ? Simplement pour la saisir de la main droite.

Donc pour mettre toutes les chances de son côté, le voyageur se plaçait à gauche de la route afin de faciliter et contrôler l’amplitude du geste et… de faire face à l’assaillant.

Pour le cavalier le problème était similaire, mais un élément supplémentaire renforçait cette pratique : petit à petit des bornes ont jalonné le bord des routes et… les cavaliers les ont tout naturellement utilisées pour remonter sur leurs montures. Imaginez les, souvent bardés de leur lourd attirail : l’armure et l’épée. Et oui, encore l’épée... qui se portait à gauche (bien sûr chez les droitiers). Et pour ne pas être gênés ils utilisaient les bornes situées à gauche de la route. Une fois sur leur monture, ils restaient naturellement sur le côté gauche, laissaient l’épée du côté gauche pour pouvoir avoir l’arme à main droite… car imaginez si ils avaient passé l’arme à... gauche ( !?)

Cette explication ne nous dit cependant pas ce qu’étaient censés faire les cavaliers gauchers… ni comment cette tradition se serait perpétuée à travers les siècles car personne, à part le Pape Boniface VIII (1235-1303) (tiens, tiens, on le connaît bien celui-là…) qui, au milieu du XIIIe siècle avait conseillé aux pèlerins de marcher sur le côté gauche de la route.

C’est cet édit papal qui avait sûrement poussé les Européens à circuler à gauche pendant près de quatre siècles. A la fin du XVIIIe siècle, un véhicule apparaît sur le marché américain : le chariot Conestoga. Ce chariot est tiré par 6 ou 8 chevaux attelés par paire. Il est muni de 4 grandes roues, il est très robuste et assez maniable. Il devient le moyen de transport le plus fonctionnel, bien qu’à l’origine il était uniquement destiné au transport du blé en Pennsylvanie.

L’usage de ce chariot se répand aux pays voisins et des engins similaires apparaissent en Europe.

Le Conestoga, par rapport aux chariots que nous imaginons, a une particularité : il n’a pas de siège pour le cocher. C’est de ce détail que naissent les habitudes de circuler à droite.

Pourquoi ?

Afin de mieux contrôler l’attelage, le cocher se place sur le cheval de gauche de la dernière paire. Bien sûr il tient son fouet de la main droite.  

Ces chariots se mettent à rouler à droite afin que le cocher, placé à gauche,  puisse surveiller, lors des croisements le côté exposé à être frôlé par l’autre chariot.

En 1792 la Pennsylvanie officialise la conduite à droite, les autres Etats idem.

Ce chariot est aussi très utilisé en Europe et… la même pratique est adoptée.

Nous sommes à l’époque révolutionnaire. Qui dit que les révolutionnaires ne voulaient pas changer une pratique voulue … par un Pape.

A la fin du XVIIIe siècle, la France roulait donc à droite.

On impute souvent à Napoléon 1er le fait d’avoir imposé à l’Europe conquise l’obligation de conduire à droite… par oppositions aux Britanniques qui conduisaient à gauche !

En fait, il est supposé que, traditionnellement, lors des combats à cheval, une attaque débutait habituellement du flanc gauche de la cavalerie. Napoléon, pour surprendre l’ennemi, aurait entraîné ses troupes à commencer l’attaque du flanc droit. Ensuite, comme pour une « marque de fabrique », il aurait imposé la circulation à droite à tout son empire.

Est-ce suffisant pour que le Royaume-Uni persiste à conduire à gauche ?

Peut-être, mais il faut noter aussi que les Anglais n’appréciaient pas le Conestoga. Ils préféraient un modèle plus petit, muni d’une paire de chevaux, plus facile à manier et surtout muni d’un siège pour le cocher. Ah, l’élégance Anglaise !

Pour ne pas gêner le passager par son fouet, ce cocher se plaçait à droite (toujours le fouet dans la main droite) et pouvait aussi surveiller ainsi les manœuvres sur le côté exposé. Les Anglais continuent donc à rouler à gauche de la chaussée.

Quand arrivent les premières automobiles.

Les premières voitures avaient le frein à main à l’extérieur, du côté droit (toujours pour être serré avec la main droite, plus forte). Le poste de conduite se trouvait donc à droite !

Au début, la manœuvre posant le plus de problème était sûrement le croisement : les routes étaient étroites et les véhicules devaient s’éloigner l’un de l’autre autant que possible. Donc le conducteur devait se placer du côté du bas-côté de la route afin de voir si les roues ne sortaient pas de celle-ci. Et… il fallait circuler à droite !

Plus tard, le frein à main s’est retrouvé au centre de l’habitacle : on a donc déplacé le poste de conduite à gauche pour continuer à serrer de la main droite mais… d’autres comme les Britanniques… n’ont rien changé !

Pour l’Angleterre la première mention qui règlement le côté de circulation remonte à 1756. Il impose le côté gauche pour traverser le Pont de Londres !

Droite, gauche, les changements de sens de circulation au fil de l’histoire ont changé dans plusieurs pays du monde. Les pays qui continuent à circuler à gauche en fait étaient sous dominance Britannique. Des pays continuent à rouler à gauche, ils ne représentent que le tiers des pays du monde. Certains roulaient à droite, sont passé à gauche (peu nombreux) mais par contre des pays roulent à droite alors qu’ils roulaient à gauche. Il y avait même des pays qui avaient les deux sens de circulation à l’intérieur de leurs frontières !

Nous, nous ne changeons pas de sens de circulation à la Randonnée : tous à droite sur la route   ou bien à gauche !

 
< Précédent   Suivant >