Accueil arrow RANDONNEES PEDESTRES arrow JOURNEE arrow LE CHATEAU DE SAUVAGE
Narrow screen resolution Wide screen resolution green color default color orange color
LE CHATEAU DE SAUVAGE Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
08.04.2017 - "Les quatre M."

VOIR ICI LES PHOTOS DE NOTRE RANDONNEE A CENDRAS.

Après quelques « étourderies » ou petits « déboires » nous arrivons à Cendras. Village complètement caché et perdu dans les Cévennes, pourtant proche d’Alès et longeant le Galeizon.

De notre parking nous traversons cette rivière pour rejoindre La Blaquière et continuer par les fours à chaux. Ce hameau avait une importante usine de fabrication de chaux  qui tiraient des calcaires de la colline du Puech pour fabriquer des chaux hydrauliques qui étaient réputées pour leur bonne qualité. De nombreux ouvriers travaillaient dans ces fours qui sont encore visibles ainsi que l’usine et sa belle cheminée. 

Plus haut sur la colline se trouve l’Abbaye de Cendras, fondée en 1020 et rattachée en 1320 à St Victor de Marseille par le Pape d’Avignon Urbain V. L’Abbaye tirait profit depuis 1230 de l’exploitation des « Terres Noires », c'est-à-dire des mines de charbon des Cévennes…

Nous continuons dans ce cadre verdoyant quand un  manque de balisage au niveau d’une maison abandonnée et « crasseuse » nous empêche de trouver le chemin qui nous permettrait de monter  rejoindre la crête. Un ajustage sur la carte et nous voici à emprunter une piste un peu plus loin. Il fait beau, les « 4 M. » sont en belles conversations, un petit thé de Marie Claire et la forme est éclatante !... Tellement qu’on avance très vite et nous voici donc obligées de prendre une piste qui ondule avec des points de vues magnifiques sur la plaine d’Alès, le Mont Bouquet, le Rocher de Rousson et toute la vallée. Nous distinguons très clairement le Pic de Finiels et le Mont Lozère (souvenir de notre « Stevenson » !).

La pause repas se fait sur la piste, à l’ombre, en balcon sur ces magnifiques paysages cévenols.

Le château de Sauvage n’est pas très loin, une visite rapide des ruines, des magnifiques arbres qui l’entourent,  puis c’est la descente et le retour à Cendras.

L’arrivée à Beaucaire est un peu plus tardive que les autres samedis : le temps était beau, les paysages attirants, la compagnie très agréable, nous avons donc prolongé, d’un commun accord,  notre rando (14 km et 700 m de dénivelée).

 

 

 
< Précédent   Suivant >