Accueil arrow Séjours, voyages... arrow PARIS A PIED
Narrow screen resolution Wide screen resolution green color default color orange color
PARIS A PIED Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
DU 16 au 20 MARS 2017 - Une bien belle balade !

VOIR ICI LES PHOTOS D'ANDRE.

ICI LE TEXTE DE CATHERINE :

 PARIS A PIED  DU 16 AU 21 MARS 2016

Départ à 6 heures du matin,  c’est Michèle qui vient nous chercher avec son  véhicule.  Vingt minutes plus tard nous arrivons au parking de la Gare TGV d’Avignon.  Nous nous dirigeons ensuite vers le hall d’entrée  où nous retrouvons l’autre partie du groupe, les Meynois .  Nous sommes 16 à participer à ce beau voyage. 7H05 le train démarre.  Nous arrivons à la gare de Lyon à 9H50. Maintenant nous nous dirigeons vers le métro qui doit nous conduire à la station Glacière pour regagner la FIAP (Foyer international d’accueil à Paris)  qui se trouve dans le 14 ème  arrondissement  afin d’y déposer nos bagages.

Jeudi 16 mars 2017

Les bagages  déposés  ,  pas de temps à perdre,  Michèle nous fait prendre  le métro pour  nous rendre dans le 16ème arrondissement sur  la

-          place du Trocadéro

 se trouve le  Palais de Chaillot. Construit en 1937 lors de l’exposition universelle, il est constitué de 2 pavillons séparés par une esplanade donnant sur les jardins du Trocadéro. Il abrite 3 musées :   la cité de l’architecture et du patrimoine, le musée national de la marine, le  musée de l’homme et théâtre national. Nous sortons les appareils photos car nous avons une magnifique vue sur la tour Eiffel.  Il est midi nous cherchons un restaurant dans les alentours. A la sortie du restaurant nous parcourons les jardins du Trocadéro sous un soleil radieux. Le centre du jardin est marqué par la célèbre Fontaine de Varsovie. Nous arrivons sous 

-           la Tour Eiffel

 de  324 mètres de hauteur. Fabriqué par Gustave Eiffel, ce bâtiment a été conçu pour l’exposition universelle de 1889. (1887/1889). Elle avait pour but d’être la preuve de l’excellence du savoir faire industriel français. Pas un ouvrier n’est mort sur le chantier,  fierté de G. Eiffel. Ensuite nous prenons la direction du Champ de Mars, dans le  7ème arrondissement ,  vaste jardin public situé entre la Tour Eiffel  et 

-           l’Ecole Militaire

un  des monuments les plus marquants de la capitale. C’est Mme de Pompadour qui persuade Louis XV de créer une école militaire pour les jeunes gens démunis du royaume désirant entrer au service du Roi. Bonaparte bénéficia entre 1784 et 1785 de l’enseignement de cette école. (photo)

Michèle propose de se diriger vers :

-          l’Hôtel des Invalides

en 1670 Louis XIV décide la création de l’Hôtel des Invalides pour accueillir les vétérans de ses guerres. De nos jours, ce bâtiment est classé Monument historique, il est un haut lieu de la mémoire nationale. ( photo)L’hôpital militaire est installé au Sud du site, et dans la partie Nord est installé le Musée de l’armée. Dans la crypte se trouve le tombeau de l’Empereur Bonaparte 1er. Nous contournons le bâtiment et nous accédons  à l’esplanade des Invalides, vaste espace vert qui relie l’Hôtel des Invalides et le Pont Alexandre III.

Nous arrivons au 

-          Pont Alexandre III

  s’élèvent à chacune de ses extrémités deux pylônes de 23 mètres de hauteur coiffés de Renommées et de Pégases  et de magnifiques statues allégoriques à chacune de leurs bases. (photo) Il fut  inauguré pour l’exposition universelle de 1900 qui  symbolise l’amitié franco-russe entre le Président de la République Française Sadi Carnot et l’empereur Alexandre III. Nous le traversons en franchissant  la Seine et passons dans le 8ème arrondissement de Paris qui nous mène devant 

-          le Grand et Petit Palais.

 le  Grand Palais abrite régulièrement des expositions prestigieuses.  Le Petit Palais abrite le musée des Beaux Arts de Paris. Tous deux ont été construits  à l’occasion de l’exposition universelle de 1900. ((photos) Nous longeons la Seine, et sur notre droite nous apercevons 

-          l’Assemblée Nationale

 son  rôle principal est de débattre, d’amender et de voter les lois. Elle compte  577 députés. ( photo) Puis tout de suite sur notre gauche  nous admirons 

-          la Place de la Concorde

 la  plus grande place de Paris. (photos) Elle se distingue par les prestigieux hôtels qui la bordent,  par l’obélisque du temple de Louxor,  offerte par le vice-roi d’Egypte Mehemet Ali en 1831 et par les deux fontaines monumentales  représentant la navigation maritime pour l’une et la navigation fluviale pour l’autre. Pendant la révolution  plus de 1000 personnes furent guillotinées  sur cette place ( Louis  XVI, Marie Antoinette, Danton et Robespierre ).  Impossible de ne pas voir  la Grande Roue, impressionnante par sa taille.  Michèle nous propose d’y monter pour admirer la Capitale à une hauteur de 70 mètres. Il n’y a pas de volontaire. Quelques mètres plus loin  nous passons dans le 1er arrondissement et  arrivons au

-          Jardin des Tuileries

 qui  tient son nom des fabriques de tuiles  à l’endroit où la Reine Catherine de Médicis a fait édifier le Palais des Tuileries en 1564, aujourd’hui disparu.  (photos)A notre droite nous apercevons le musée de L’Orangerie où l’on peut admirer les œuvres de Monet. Nous n’avons pas le temps malheureusement de le visiter. Ce jardin qui sépare la Place de la Concorde du Musée du Louvre est un lieu de promenade où les statues de Maillol, côtoient  celles de Rodin ou de Giacometti.  Deux bassins sont propices à la détente. A la sortie du jardin des Tuileries, nous franchissons 

-          l’arc de Triomphe du Carrousel

 qui  célèbre la victoire de l’armée française à Austerlitz, et qui fut édifié en hommage à la grande armée de Napoléon Bonaparte. (photo)

En face de nous 

-           le Musée du Louvre

 c’est  François Mitterrand qui décide de faire du Louvre le plus grand musée du monde : 77735 m2.  Il se signale par la pyramide de verre érigée en 1989. C’est un musée d’art et d’antiquités, qui recèle des trésors. Il rassemble des œuvres de l’art occidental du moyen âge à 1848, des civilisations antiques, orientales, égyptiennes, grecques, étrusques, romaines, des arts graphiques et des arts de l’Islam, des chefs d’œuvre comme la Joconde, le radeau de la Méduse, la Venus de Milo, la victoire de Samothrace  . (photos) Sa visite n’est pas prévue au programme, plusieurs jours pour le visiter

A la sortie du Louvre, nous traversons la Seine en passant sur le fameux 

-          Pont des Arts.

 ( 6ème arrondissement) C’est le 1er pont métallique de Paris avec ses 7 arches, reconstruit en acier en 1982. (photo) Le 1er juin 2015 la Mairie de Paris décide de mettre fin « aux cadenas d’amour »  qui fragilisent le pont en les retirant et en les remplaçant par des panneaux de verre.  Nous prenons quelques photos en arrière plan nous apercevons le Pont Neuf.

-          Le Pont Neuf

(1578 -1607) le plus ancien pont de Paris et le tout premier pont en pierre.(photo)  Il a connu un grand nombre de restauration. C’est Henri III qui en pose la première pierre.  Michèle nous gâte en nous proposant pour finir la journée et pour nous reposer,  une balade sur une vedette du Pont Neuf. Cette  croisière d’une heure sur la Seine nous permet de découvrir les plus beaux monuments de Paris  et pour certains au coucher du soleil.  Une heure plus tard nous reprenons le métro direction la FIAP. Ce fut une belle journée, où nous avons parcouru environ 16 kilomètres à pied.

Vendredi 17 mars 2017

Pour notre deuxième journée Michèle a  prévu une visite guidée le matin dans le 1er arrondissement  de Paris, à partir de la Station de métro Etienne Marcel. Le soleil n’est pas au rendez-vous, mais il ne pleut pas.

Nous commençons la visite par 

-          le  passage couvert  de Bourg d’Abbé

édifié  en 1828, celui-ci a été restauré en 2008 après un incendie. Il est bordé de jolies boutiques (photo) Dans  la foulée un deuxième passage  couvert nous est proposé c’est 

-          le passage couvert du  Grand Cerf

ouvert  en 1825 il est  plus grand et plus beau. Il abrite des boutiques d’artisans, créateurs, décorateurs, designers ( photos)

A sa sortie nous voici dans la rue de Montorgueil,  rue animée possédant de nombreux commerces d’alimentation et de restaurants : le pied de cochon, l’escargot ( photos).

Puis nous arrivons à 

 

-          l’Eglise Saint Eustache

 au cœur du quartier des Halles. Ses origines remontent au début du XIII ème siècle. Une chapelle consacrée à Sainte Agnès fut le premier édifice construit. L’église fut plusieurs fois remaniée et agrandie au fur et à mesure de l’accroissement de population du quartier. C’est en 1532 qu’il fut enfin décidé de construire une église digne du cœur de Paris. L’église a l’élévation  du style Gothique, les courbures du Roman et les ornements de la Renaissance, ce qui donne à l’édifice un caractère unique. Après maintes interruptions, l’église fut terminée en 1663. Cette église a été le lieu de nombreux baptêmes, mariages et sépultures de grandes personnalités. Richelieu, Molière, Mme de Pompadour y ont été baptisés. Louis XIV y fit sa 1ère communion. Sully s’y est marié avec Anne de Courtenay. Y  est inhumé Colbert et bien d’autres personnalités (mausolée de Colbert). Elle fut encore modifiée en 1754 par l’architecte Mansart. L’église fut longtemps considérée comme une église royale grâce à sa proximité avec le haut lieu de la monarchie : le Louvre. L’intérieur relève du gothique flamboyant et du style renaissance. Elle impressionne par la hauteur de sa nef, plus grande que Notre Dame. Elle possède 24 chapelles de part et d’autre de l’entrée,  de nombreux vitraux et de peintures murales. (photo)

Tout près de l’Eglise, nous nous rendons à 

-          la Canopée du Forum des Halles

un  terme utilisé pour désigner  la partie supérieure des forêts.  (photo) Installé sur le site des anciennes halles de Paris, il est composé d’un centre commercial souterrain et de nombreux espaces consacrés aux loisirs (piscine, cinémas …) La gare RER Châtelet-les - Halles située sous le complexe est la plus grande gare souterraine du monde et permet un accès depuis toute la région parisienne.

Les halles de Paris était le nom donné aux halles centrales, marché de vente en gros de produits alimentaires frais, situées au cœur de Paris. Elles sont le décor principal du « Ventre de Paris » d’Emile Zola. En 1969 le  marché des halles est transféré à Rungis. Durant l’été 1971 la démolition des halles Baltard est rendue nécessaire afin de créer à ciel ouvert la gare souterraine du RER .  L’une d’entre elles  a  été remontée à Nogent sur Marne pour en faire une salle de spectacles .En 1979 un premier projet  de forum et de jardins voit le jour . 30 ans après son inauguration, en présence de Jacques Chirac Maire de Paris, l’image du forum est loin d’être positive (trafic de drogues, insécurité) et en 2002 la ville de Paris sous la direction de Bertrand Delanoë, décide la rénovation complète du quartier : cette fameuse Canopée. Devant, un très grand jardin est en cours de réalisation.

Pour compléter notre visite dans le quartier des Halles, notre guide nous conduit sur 

-          la place  du Cimetière des Innocents

 au  centre de laquelle se trouve une fontaine.  (photo) L’emplacement servait de cimetière depuis les mérovingiens.  Le cimetière était pour tous les paroissiens.  Pour les riches bourgeois les inhumations se faisaient dans un cercueil en bois, mais pour les pauvres les inhumations se faisaient dans de vastes fosses communes pouvant contenir jusqu’à 1500 corps superposés. Lorsqu’une était pleine on en creusait une autre. Il fut fermé en décembre 1780, vidé en 1786, pour des raisons d’ordre sanitaire.

Il est plus de midi, nous partons vite manger dans une brasserie.

A 14H Michèle nous a prévu une visite guidée de 

-          Montmartre

nous   prenons le métro jusqu’à la Station des Abbesses (photo). Montmartre est un quartier au charme authentique célèbre pour sa basilique du Sacré Cœur et sa vue magnifique sur Paris, qui couvre la colline de la butte Montmartre. Jusqu’en 1860 Montmartre était une commune française du département de la Seine. Lors de l’extension de Paris, la commune est supprimée et rattachée à Paris. Dans ce quartier riche d’histoire, on compte aujourd’hui de nombreux monuments et sites notables

-          Le mur des « Je t’aime »

Place des Abbesses, square Jehan Rictus,  le mur des « je t’aime », écrit 1000 fois dans plus de 300 langues, signe de paix et d’amour (photo)

-          L’Eglise Saint Jean de Montmartre  1894-1904 (photo).

Cette première église en ciment armé revêtue de briques et de céramique est influencée par le style Art nouveau.  

-          Fontaine Wallace (photo)

Sur une jolie place nous apercevons une fontaine en fonte verte.  Les fontaines Wallace font partie de l’histoire et du charme parisien. Elles sont à la fois des objets utiles et des œuvres d’art. Il en existe plus de 120 à Paris dont 3 à Montmartre. Elles datent de l’après-guerre de 1870 (photo).

-          Rue d’Orchampt

 Nous atteignons la  rue d’Orchampt où subsiste encore de très vieilles maisons (photo) puis tout au fond de la rue nous apercevons  l’ancienne maison de Dalida (photo)

-          Le Moulin de la Galette

  Restaurant mythique à l’origine d’un ensemble de 14 moulins. (photo)

-          Le passe muraille

 Le  «passe muraille » est une sculpture de Jean Marais. (photo).  Nous descendons rue Junot et dans une impasse nous sommes étonnés par le calme et la découverte de petites maisons au style anglo-saxon, endroit privilégié de la butte.

-          Place Dalida  

Dalida aimait beaucoup le quartier de la butte et pour lui rendre hommage la ville de Paris lui a consacré une place inaugurée en 1997, pour les 10 ans de sa disparition. (photo)

-          Les vignes de Montmartre  (2000m2)

 Vieilles de 1070 ans. La fête des vendanges vit le jour en 1934 et chaque année elle rencontre  un franc succès. (photo)

-          Le » lapin agile « 

cabaret  mythique, ce lieu de poésie et de chansons connu des célébrités telles que Apollinaire, Picasso.  (photo)

-          L’église Saint Pierre de Montmartre et son cimetière (1134)

La plus vieille église de Paris après celle de Saint Germain des prés de style roman et gothique (photo)

-          La basilique du Sacré Cœur (1875)

Construite au sommet de la butte, de style romano-byzantin la basilique est reconnaissable à sa couleur blanche. (photos) Elle a été élevée en l’honneur des saints martyrs Saint Denis, Rustique et Eleuthères  décapités sur la colline. Elle fut financée  en partie par de très nombreux français dans le cadre d’une souscription nationale. A l’intérieur de l’édifice le plafond  est décoré de la plus grande mosaïque de France mesurant 480 m2. A la sortie de la Basilique nous admirons la vue magnifique sur Paris

-          La place du Tertre

A quelques pas de la Basilique se trouve la place du Tertre. C’est ici que se réunissent depuis le XXème siècle les artistes les plus célèbres comme Picasso et de nos jours des peintres par dizaines. On peut y admirer tout autour de vieilles maisons datant du XIIIème siècle.(photos)

Nous redescendons en empruntant pour certains le funiculaire au prix d’un billet de métro et les plus sportifs descendent les 222 marches (photo) .  Il est temps à présent de rentrer dans notre foyer après avoir fait environ 9,5 kms.

Samedi 18 mars 2017

Michèle propose d’aller découvrir le quartier de Saint Germain des prés et le quartier Latin. A la sortie du métro, il pleut.  Des amis de André et Monique nous rejoignent.   Nous commençons la visite  par :

-           le Jardin du Luxembourg (photos)

situé  dans le 6ème arrondissement en bordure de St Germain des prés et du quartier latin. Il fut créé en 1626 à la demande de Marie de Médicis pour accompagner le palais du Luxembourg. Il appartient désormais au Sénat, qui est composé de 348 sénateurs élus pour un mandat de 6 ans. Il détient le pouvoir législatif avec l’Assemblée Nationale. Les sénateurs sont élus au suffrage universel indirect par 150000 grands électeurs. Le jardin  s’étend sur 25 hectares. Il est agrémenté d’un grand  bassin, de fleurs et de 106 sculptures disséminées à travers le parc. Avant de quitter le jardin, nous admirons la monumentale fontaine de Médicis.  Quelques minutes plus tard nous arrivons  devant  

-           l’Eglise de St Germain des Près (photo)

 la  plus ancienne des grandes églises de Paris. La nef est le seul vestige de l’art roman subsistant dans la capitale. Le cœur de l’Eglise en revanche est de style gothique.  Michèle nous réserve une belle découverte au 36 rue de Vaugirard 

-          le mètre étalon

 cette nouvelle mesure allait remplacer le pouce et le pied qui souvent avait pour référence les rois et qui variaient également d’une région à l’autre. Il n’en reste aujourd’hui que deux, celui-ci est le seul qui soit resté à son emplacement d’origine.(photo) Le 2ème se trouve 13 place  Vendôme. Maintenant direction 

-          Place St Sulpice

 avec sa fontaine monumentale ornée de 4 statues d’évêques catholiques de l’époque de Louis  XIV , son église qui  date du XVII siècle et sa façade du XVIII. (photo)  Eglise avec ses deux tours reconnaissables citée dans le » da vinci code », best seller de 2003. A  l’intérieur les belles peintures d’Eugène Delacroix de la chapelle des Saints anges et une  curiosité le « gnomon » forme simple de cadran solaire utilisé pour réaliser des travaux d’astronomie dont le fil de laiton incrusté représente la ligne méridienne.  De beaux hôtels particuliers et commerces entourent cette place. Petite anecdote, en levant la tête nous avons aperçu  l’acteur Vincent LINDON  au téléphone à sa fenêtre du 3ème étage. André avec son zoom met Vincent dans la boîte. Nous nous dirigeons ensuite rue Bonaparte qui est bordée de belles boutiques.  Au n° 72 le pâtissier chocolatier Pierre HERME avec ses créations inédites, ses macarons sucrés – salés.(photo)  Il y a des amateurs qui se précipitent dans la boutique et font des achats. Elles tardent à ressortir du magasin. Michèle s’impatiente, nous ne sommes pas là pour faire du shopping.  Le quartier latin est un quartier d’étudiants du fait de la présence de nombreux établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Nous passons devant l’établissement prestigieux de la Sorbonne. (photo)Ensuite Michèle nous propose d’aller boire un verre au 

-            Café de Flore 

 dans les années 30 le tout Paris littéraire s’y  rassemble . (photo) La terrasse est noire de monde, nous rentrons,  impossible de s’installer à 16, nous montons au 1er étage.  Beau cadre, banquettes rouges, belle vaisselle, belle carte, belles fleurs aux  fenêtres  mais nous sommes un peu déçus. Le serveur semble débordé, peu souriant et met beaucoup de temps à nous servir.  Nous pensons que le personnel  est plus attentionné avec les habitués fortunés.  A la sortie à  deux pas d’ici nous passons devant le fameux restaurant « Les deux magots » (photo) ce qui nous met en appétit.   Mais ce n’est pas toujours évident de manger à 16 dans le même restaurant.  Nous , nous décidons de  manger dans un restaurant bon et pas cher connu par les amis de Monique et André pas très loin   du Panthéon que nous visiterons l’après-midi.  Nous avons une après-midi  bien chargée, et nous  commençons par la visite du 

-           Panthéon

édifice  grandiose qui s’inspire du Panthéon de Rome. (photo) Louis XV décide de faire ériger une église en l’honneur de Sainte Geneviève,  Sainte protectrice de la ville de Paris. Ce monument a maintenant vocation à honorer les grands hommes ayant marqué l’histoire de la France. Les grands militaires sont essentiellement aux  Invalides .  A l’intérieur on y trouve le pendule de Foucault prouvant la rotation de la terre. (photo)   La crypte est composée de plusieurs  galeries . On peut y voir les tombes de J.J Rousseau, Voltaire, , Victor Hugo, Emile Zola, Jean Moulin, Pierre et Marie Curie, Alexandre Dumas etc … (photos)  A proximité du Panthéon et du Lycée Henri IV nous découvrons

-          L’église  Saint Etienne du Mont

qui  tire son origine  de l’Abbaye Saint Geneviève où la sainte éponyme avait été inhumée au VIème siècle.  (photo) A l’intérieur nous admirons son jubé de pierre finement  sculpté , un des derniers existant à Paris.  Michèle nous  emmene  ensuite à  Saint Germain des Près où les boutiques, les galeries , les terrasses de café animent le quartier.   Nous passons devant le Palais de Justice collé à la Sainte Chapelle. (photo) Pas le temps de s’y arrêter nous ne pouvons pas tout faire.  Dommage !  Ce sera pour une autre fois. Direction 

-           Notre Dame de Paris

 chef d’œuvre de l’architecture gothique, elle  est située dans l’Ile de la Cité dans le 4ème arrondissement. (photo)  Sa construction s’est étendue sur plus de 2 siècles de  1163 au milieu du XIV ème.  Elle accueille aujourd’hui plus de 20 millions de visiteurs par an.  C’est pourquoi nous n’irons pas la visiter,  la  file d’attente est énorme.  Nous continuons notre marche et arrivons à 

-           l’Hôtel de ville

 siége  des institutions municipales depuis 1357 de style néo-renaissance, il a été reconstruit à l’emplacement de l’ancien hôtel de ville incendié pendant la Commune  de Paris en 1871. (photo)  A côté de l’Hôtel de ville nous apercevons le BHV  grand magasin de Paris. Le dernier site de la journée à voir est le

-          Centre George Pompidou

familièrement  appelé Beaubourg,  ce centre est né de la volonté de Georges  Pompidou de créer au cœur de Paris une institution culturelle vouée à la création moderne et contemporaine où les arts plastiques voisineraient avec les livres, le design, la musique et le cinéma. (photo) Il fut inauguré le 31 janvier 1977 par Valérie Giscard d’Estaing en présence du 1er ministre Raymond Barre et Mme Claude Pompidou. Sur la place Stravinsky à deux pas de Beaubourg nos yeux se portent sur un bassin composé de sculptures d’aluminium d’acier et de moteurs ainsi que de formes en polyester. Commande faite par Jacques Chirac. (photo)  Les mécanismes d’acier où le bruit de l’eau  symbolise la musique. Malheureusement il n’était pas en état de marche, plus d’eau dans le bassin.

Très belle journée avec toutes ces découvertes, nous sommes gâtés, merci  Michèle. Nous pouvons rentrer. Nous avons parcouru près de 11 kms.

Dimanche 19 mars 2017

Il est 9 heures, nous quittons la FIAP, sous un temps gris,  impatients de savoir ce qui nous attend.  Nous arrivons devant  la  

-           Comédie Française

Institution culturelle française fondée en 1680. (photo) C’est le seul  Théâtre  d’Etat en France disposant d’une troupe permanente de comédiens.  Ensuite une très belle surprise nous attend  le 

-          Palais Royal

situé au Nord du Louvre, il fut crée par Richelieu en 1633. Il accueillait les familles royales jusqu’à la construction de Versailles. Les colonnes de Buren 260 colonnes octogonales rayées de noir et de blanc sont situées dans la cour près des jardins prestigieux et paisibles. (photo) Nous quittons les jardins qui nous mènent vers 

-          le passage couvert de Vivienne

un  passage chic et tranquille. Construit en 1823 il a plutôt bien résisté aux années. Les grands travaux du baron Hausmann sonnèrent la fin des passages parisiens. Au XIX ième  siècle on en compte 150, aujourd’hui il n’en reste qu’une vingtaine. (photo) Nous continuons notre marche vers

-          la place de la Bourse

dans le 2ème arrondissement de Paris, elle doit son nom au Palais de la Bourse, édifié entre 1807 et 1825.(photo)  C’était le cœur historique du Paris des affaires et de la finance.  Il est aujourd’hui appelé le Palais Brongniard.   Sur les grilles du Palais nous prenons quelques minutes pour  regarder  l’exposition de photos  de Nikos Aliagas « l’épreuve du temps «   photos prises en Grèce au hasard de ses rencontres. Michèle nous réserve une seconde belle surprise la visite du 

-          Palais Garnier

en 1861, à la demande de Napoléon III, Charles Garnier entreprend la construction d’un nouvel opéra qui doit prendre place dans le Paris haussmannien de la fin du Second Empire. L’édifice inauguré sous la 3ème République le 5 janvier 1875 fascine les contemporains grâce à la richesse, l’éclectisme et l’audace du programme architectural et décoratif  imaginé par Garnier. Son chef d’œuvre s’impose dès lors comme le modèle du théâtre à l’italienne à la fois fonctionnel et flamboyant. Le palais Garnier est considéré comme l’un des plus beaux théâtres du monde. A voir, le célèbre plafond de Chagall dans la salle de spectacle qui peut accueillir jusqu’ à  1156 places. (photos) Derrière l’Opéra se trouvent les Galeries Lafayette grand magasin de Paris. Il est plus de midi Michèle propose d’aller se restaurer au Café des Capucines rue des Capucines. C’est une brasserie mythique et incontournable, fauteuils en velours rouges, peintures murales et superbe verrière lui donnent un charme fou. ( photos) A recommander, nous avons été bien servis et nous avons bien mangé.    Nous repartons toujours à pied et arrivons

-          Place Vendôme

située au Nord du Jardin des Tuileries, au sud de l’Opéra et à l’Est de la Madeleine.  (photos) Son architecture est dûe à Mansart. En son centre se trouve la colonne Vendôme édifiée en 1810, abattue par les communards, reconstruite ensuite. Elle est surmontée d’une statue de Napoléon. C’est une des places les plus luxueuses du monde. Elle est connue de nos jours comme lieu central de la joaillerie, Chaumet ,  Boucheron, Chopard … (photos)  Elle est bordée de nombreux hôtels particuliers .  Au n° 12 sur une plaque nous apprenons que c’est la dernière adresse de Chopin avant sa mort. Il s’y était installé en 1849. Au n° 6, il y avait l’appartement d’Henri Salvador. Nous quittons la place Vendôme et arrivons rue du Faubourg St Honoré avec ses nombreuses boutiques de luxe  CHANEL  … A notre droite nous apercevons 

-          L’église de la Madeleine

sa construction s’est étalée sur 85 ans en raison des troubles politiques en  France à la fin du XVIIIème siècle. (photo) Conçu par Napoléon pour être un temple maçonnique dédié à la gloire de sa grande armée, le bâtiment faillit être transformé en gare ferroviaire,  la 1ère de Paris, avant de devenir une église.  Son aspect atypique pour un édifice religieux a la forme d’un temple grec sans croix ni clocher avec ses colonnes corinthiennes. Tout au long de l’année,  de jour comme de nuit, l’église programme des concerts de musique classique de grande qualité. Nous continuons notre route et arrivons à hauteur du

-          Palais de l’Elysée 

siège de la Présidence de la République et résidence du Président de la République depuis la 2ème république.   Construit en 1720 pour Louis Henri de la Tour d’Auvergne, Comte d’Evreux, le Palais de l’Elysée a une histoire illustre. Cadeau de Louis XV à sa favorite la Marquise de Pompadour en 1753, puis Palais Royal princier de Joachim Murat, beau frère de Napoléon qui en fit sa résidence impériale. Son neveu Napoléon III y habita aussi. Encore quelques pas et nous voici place Beauvau devant 

-          L’Hôtel de Beauvau

qui  abrite le Ministère de l’intérieur.  Construit en 1770 pour le Prince Claude Juste de Beauvau Craon. Nous quittons cette place et longeons le parc du Palais de l’Elysée pour atteindre

-          L’avenue des  Champs Elysées

elle  est considérée comme la plus belle avenue de la capitale, et même du monde dit-on.  Elle s’étend de la Place de la Concorde à la place de l’Etoile rebaptisée en 1970 place du général de Gaulle qui  forme un énorme rond-point de 12 avenues  percées  au XIX siècle sous l’impulsion du baron Haussmann.   Nous décidons de remonter les Champs Elysées  jusqu’à

-          L’arc de Triomphe

Souhaité par Napoléon, l’arc de Triomphe est inauguré en 1836 par le roi Louis Philippe qui le dédie aux armées de la Révolution et de l’Empire. (photo) Le soldat inconnu est inhumé sur le terre plein en 1921. La flamme du souvenir est ravivée tous les jours à 18H30. Nous redescendons les Champs Elysées. Une partie du groupe commence à fatiguer et décide de reprendre le métro pour rentrer, les plus courageux partent avec Philippe pour faire une visite  au

-          Jardin des plantes

Situé dans le 5ème arrondissement, c’est un parc et jardin botanique ouvert au public depuis plus de 400 ans. (photo) On y trouve aussi une ménagerie et des galeries d’expositions scientifiques. Le jardin est immédiatement voisin de

-          La Mosquée de Paris (photo)

de style mauresque avec un minaret de 33 mètres, elle a été inaugurée le 15 juillet 1926. Elle symbolise la volonté de l’Etat, en offrant un lieu de culte aux musulmans de France, de reconnaître leur rôle dans la nation. C’est la plus vieille mosquée de France. Maintenant nous devons rentrer  à  notre lieu d’hébergement. Nous avons fait une douzaine de kilomètres.

Lundi 20 mars 2016

Afin de pouvoir profiter le plus possible de cette journée  et dans de bonnes conditions, Michèle a la bonne idée de nous emmener Gare de Lyon pour déposer nos bagages à la consigne.  Maintenant que nous sommes légers nous cherchons

-          La coulée verte

c’est une promenade plantée qui emprunte le tracé parisien de l’ancienne ligne de Vincennes. Elle est aménagée depuis les années 1980 et nous permet de parcourir un bout de chemin à l’abri de toute circulation automobile. (photo). Encore un peu de marche et nous voici devant

-          l’opéra Bastille

inauguré en 1989, ce théâtre moderne conçu par Carlos OTT, abrite une salle de 2745 places, un amphithéâtre de 500 places, un studio de 230 places ainsi que des ateliers de fabrication de décors. (photo) Tout près

-          la place de la Bastille

lieu symbolique de la Révolution française où l’ancienne forteresse de la Bastille fut détruite entre le 14 juillet 1789 et le 14 juillet 1790. (photo) Louis Philippe décide en 1830 de construire la colonne de juillet qui fut inaugurée en 1840 pour commémorer le renversement de la monarchie de Charles X. Nous quittons cette place et nous dirigeons vers la

-          place des Vosges

ancienne place royale  chargée d’histoire. (photo)  Le 20 juin 1559, célébrant le mariage de sa fille avec Philippe II d’Espagne, Henri II combat contre Gabriel de Montgomery, capitaine de sa garde écossaise  qui le blesse d’un coup de lance dans l’œil. Malgré les soins des médecins et des chirurgiens il meurt d’atroces souffrances le 10 juillet 1559.  Sa construction débute en 1605 sous Henri IV, elle est inaugurée en 1612. En 1800 elle est renommée place des Vosges en l’honneur du département des Vosges  , le 1er à s’être acquitté de l’impôt sous la révolution française. Richelieu fit ériger  en 1639 une statue équestre de Louis XIII au centre de la place.  Le square Louis XIII abrite 4 jolies fontaines. Les façades des immeubles alentours sont en briques rouges et les toits en ardoises. En sortant du square nous apercevons la Maison de Victor Hugo.  Cette place est réputée pour être le lieu de résidence de plusieurs personnalités issues du monde politique, artistiques ou médiatique. Nous accédons ensuite par une entrée discrète de la Place des Vosges dans la cour de

-          l’Hôtel de Sully

surintendant  des finances d’Henri IV, ce dernier l’acquiert en 1634.  (photo) Cet Hôtel particulier de Style Louis XIII illustre parfaitement le modèle des hôtels particuliers parisiens avec le corps de logis principal entre cour et jardin. Il a été  construit entre 1625 et 1630. Cet Hôtel est depuis 1967 le siège du Centre des monuments nationaux. Nous retournons sur la place des Vosges et prenons un peu de temps pour promener sous les arcades qui abritent des galeries marchandes et des cafés.  Notre visite continue dans le quartier du

 

-          Marais

qui tient son nom d’une ancienne zone marécageuse occupée depuis le XII ème siècle. Aujourd’hui le centre historique est l’un des plus fréquentés de la capitale, pour les trésors patrimoniaux qu’il abrite et l’ambiance qu’il dégage. Il possède de nombreux Hôtels particuliers des XVII ET XVIII ème siècles reconvertis en musées,  Picasso,  Carnavalet, etc…  de renommée internationale. La rue des Rosiers épicentre de la communauté juive parisienne est à découvrir sans faute, pour son atmosphère, ses boutiques de mode et ses restaurants. On ne compte plus les bars, les clubs gay du Marais qui en font le plus grand quartier gay de France.  Un peu plus loin,

-          L’Eglise Saint Paul

Eglise baroque construite au XVII ème siècle sur ordre de Louis XIII. (photo) C’est la première église qui s’émancipe intégralement de la tradition gothique.  Nous continuons  toujours et arrivons devant

-          L’Hôtel d’Albret

désormais le bureau de l’ancien maire de Paris Bertrand  Delanoé.  Un peu plus loin là où on ne l’attend pas la

-          Maison CHANEL (photo)

vient d’ouvrir une boutique dans les murs de l’Hôtel particulier HEROUET et va lui permettre d’aller à la rencontre d’un autre public.

 Il est temps d’aller manger et nous prenons la rue du Trésor où un sympathique restaurant nous tente. Après le  repas,  Michèle nous emmène  rue de Rivoli bordée de commerces, de quoi ravir les accros au shopping, mais nous ne  sommes pas là pour cela. Il faut maintenant penser au retour. Nous longeons un moment les quais de Seine et bifurquons vers la Gare de Lyon pour reprendre notre train de  16H40. Nous arrivons trop tôt. Philippe propose d’aller promener dans les jardins de Bercy. Un groupe reste à la gare, les plus courageux décident de suivre Philippe. Nous nous retrouvons tous ensemble pour aller rechercher nos bagages à la consigne et attendre notre train.  Nous venons de parcourir encore une douzaine de kilomètres. Soit en tout  pour les 5 jours une soixantaine de kilomètres. Pas mal !  Le groupe semble ravi du séjour. Merci à Michèle pour ce beau voyage. 16H40 le train démarre,  nous allons retrouver notre belle Région du midi et son soleil qui nous a un peu manqué.

 

 

 

Après un départ à 6 h du matin pour prendre notre train, puis le métro et enfin après avoir laissé les bagages sur notre lieu d’hébergement, direction le Pont Bir Hakeim où nous rejoignons, à pied bien sûr, l’esplanade du Palais du Trocadéro qui a été construit pour l’Exposition universelle de 1878.

Le Palais de Chaillot pour l’exposition internationale des Arts et Techniques de 1937.

Aujourd’hui le Palais de Chaillot abrite le Musée national de la Marine et le Musée de l’Homme dans l’aile Passy, la cité de l’Architecture et du Patrimoine dans l’aile Paris et le Théâtre national de Chaillot dans les parties centrales et souterraines.

L’estomac dans les talons nous nous attablons tous ensemble dans un restaurant de la place du Trocadéro….

VOIR ICI LES PHOTOS DE L'ESPLANADE DU TROCADERO

Après avoir repris quelques forces nous traversons les jardins du Trocadéro (créés aussi en 1937). Le centre du jardin est marqué par la célèbre fontaine de Varsovie pourvue de 20 canons à eau… Nous ne voyons pas le spectacle aquatique car il faut venir surtout les nuits d’été car sublimé par un éclairage particulier….  Nous admirons toutefois les belles sculptures…. chevaux dorées, tête de taureau, "L'Homme" de Traverse et la "La Femme" de Bacqué.

Nous traversons le Pont d’Iéna construit sous Napoléon en face de l’Ecole Militaire, aujourd’hui il relie le Trocadéro à la Tour Eiffel.  Nous contournons la tour par la droite pour y découvrir la cheminée de l’ancienne machine à vapeur qui actionnait  l’ascenseur de la Tour, et un jardin avec des canards qui barbotent dans l’eau et la fameuse grotte !

Le Champ de Mars est un immense jardin avec des pelouses, des statues et on y découvre le monument des Droits de l’Homme installé en 1989 à l’occasion du bicentenaire de la Révolution. Œuvre d’Ivan Theimer rappelle un ancien temple juif et fait de nombreuses références aux franc-maçons. Bien sûr il comporte la déclaration des droits de l’homme, une statue d’un homme portant une toge et plusieurs documents, une femme et son enfant….

On continue jusqu’à l’Ecole Militaire.

VOIR ICI LES PHOTOS DU CHAMP DE MARS

 

VOIR ICI LES PHOTOS DES INVALIDES

 

VOIR ICI LES PHOTOS DU PONT EMMANUEL III, DES QUAIS DE SEINE ET DE LA PLACE DE LA CONCORDE

 

 
Suivant >