Accueil arrow Séjours, voyages... arrow Voyages arrow ISTANBUL
Narrow screen resolution Wide screen resolution green color default color orange color
ISTANBUL Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Du 06 au 09 mars 2014 : Ah si on pouvait rester 2 ou 3 jours de plus !

Nancy nous raconte son voyage :

 

6 mars 2014

La nuit et tombée d'un coup à 18h quand on a commencé à survoler Istanbul, ou Constantinople, ou Byzance.

De petites lumières au bord de l'eau sur des kilomètres, pour une première impression de la ville.

Nous étions huit à partir de Beaucaire dans le minibus de Michèle, Janice et Max nous ont rejoints  à l'aéroport de Marseille.

Deux heures de vol et presque autant pour faire contrôler nos passeports à l'arrivée dans une chaleur étouffante. (Il nous aurait fallu trois jours avec l'Orient Express, Paris-Istanbul en 1891)

Notre guide Aiché et le chauffeur sont au rendez vous,  une bonne demi heure pour rejoindre l'hôtel.

7 mars 2014 

Départ à 9h pour la visite du MUSEE TOPKAPI.

C'est l'ancienne mosquée du sultan MEHMED, bâtie à partir de 1459.

Après le passage de la Porte du  Milieu on arrive dans de vastes jardins arborés et fleuris (70 hectares).

Bâtiments luxueux où sont présentées des pièces de joaillerie, de belles armes anciennes, des pendules extraordinaires etc... dans des salles richement décorées.

Il y avait aussi un harem.

De la terrasse on peut admirer la ville bordée d'eau avec la mer de Marmara, et plus loin la Corne d'or, le Bosphore et la mer Noire.

La ville est située entre l'Europe et l'Asie dans une situation stratégique et d'échanges importants.

VOIR ICI LES PHOTOS DU PALAIS TOPKAPI

A la sortie, la charrette du marchand de jus de grenade : on se régale de boire frais après toutes ces émotions artistiques. 

Nous traversons un grand espace, Aïché nous explique: c'est l'ancien hippodrome de Constantinople où se sont déroulées des courses de chars pendant des siècles (jusqu’à huit par jours, c’est dire si la population les appréciait).

On y a aussi brûlé des insurgés. Ce lieu, chargé d’histoire, a été respecté, il  est aujourd'hui réservé à la promenade.

Nous nous dirigeons vers le restaurant, c'est une yourte en peaux de chèvre, décorée de mannequins

de taille humaine à l'entrée et de beaux objets et outils anciens.

Repas de mézès, kébab fantaisie et café turc pour ceux qui ne craignent pas de boire et manger en même temps.

VOIR ICI LES PHOTOS DES RUES D'ISTANBUL

Visite de la  MOSQUEE BLEUE

De loin elle est imposante, splendide.

Arrivés à la porte, on est tenus de quitter nos chaussures et, pour les femmes, de mettre un foulard sur la tête, Michèle ne manque pas de nous photographier dans cet apparat.

Le sultan Ahmet 1er l'a faite construire entre 1609 et 1616 par un élève du célèbre architecte  Mimar Sinan. 20.000 carreaux de faïence bleue et blanche en couvrent les parois. Le Mihrab, qui indique la direction de la Mecque est en marbre sculpté.

Nous marchons, en chaussettes, sur de beaux tapis, bien épais, très bien entretenus.

Des hommes assis prient, face au mihrab. A l'extérieur, six minarets, très hauts et fins, entourent la mosquée. Souvent dans la journée on entend la prière, pas toujours mélodieuse. Nous voilà sortis des religions pour aller vers le commerce.

VOIR ICI LES PHOTOS DE LA MOSQUEE BLEUE

Nous voilà partis vers  SAINTE SOPHIE.

L'empereur Constantin décide la construction de l'église en l'an  330, elle est consacrée en l'an 360.

Très ancienne, elle a été malmenée au cours des siècles par des incendies, des séismes (son dôme s'est déformé, ovalisé) ; elle a été pillée y compris par les croisés.

Au VIème siècle, Théodose puis Justinien la font reconstruire.

Elle est impressionnante, on y trouve de  belles mosaïques, très fines ; en particulier la Vierge et l'Enfant réalisée par Théodokos en l'an 867.

On y voit une énorme jarre monolithique en marbre datant d'avant notre ère.

Elle devient mosquée en 1423 et musée en 1934.

Il y a 3500 mosquées à Istanbul, dans la plupart une loge luxueuse est réservée au Sultan et sa suite.

VOIR ICI LES PHOTOS DE SAINTE SOPHIE

Le GRAND BAZAR

Il compte 18 portes et 4.000 boutiques. On y trouve de tout mais surtout de l'OR et des bijoux, tapis, cuir, poteries, foulard de soie, linge de maison etc... Josette cherche de petits bols décorés. On se perd, on va vers les bijoux où les vendeurs nous servent un très bon thé, moment de repos. Cette foire agitée me lasse.

Retour en minibus vers notre hôtel.

Repas avec une histoire de pelure de pomme et soirée, très gaie, animée par Janice et Max.

De la fenêtre de notre chambre on voit la mer et des bateaux qui circulent dans tous les sens.

VOIR ICI LES PHOTOS DE L'HOTEL et de QUELQUES MOMENTS ENTRE NOUS

8 mars 2014

Ce matin c'est la pluie, Claude s'équipe comme pour aller au pôle nord.

Visite de la MOSQUEE DE SOLIMAN LE MAGNIFIQUE.

Erigée de 1494 à 1566, elle est grande, très belle.

Soliman fut un conquérant, un mécène et un grand législateur. Il a épousé, par amour, ce qui n'était pas dans les pratiques du temps, une très belle fille du harem d'origine polonaise ou russe : Roxelane.

La mosquée a été érigée entre 1550 et 1557 par l'architecte Sinan.

Elle est vaste: 70m de largeur sur 61 m de longueur, 138 fenêtres. Le dôme à 47m du sol est supporté par 24 colonnes monolithiques en porphyre, marbre blanc et granite. 4 minarets effilés.

A l'entrée on voit des hommes en rang d'oignons, assis sur des blocs de pierre alignés devant des

robinets, ils se lavent soigneusement les pieds. Heureusement on n'est pas soumis au même traitement

car l’eau est froide.

Très beaux tapis au sol, on a l'impression de marcher dans la mousse.

VOIR ICI LES PHOTOS DE LA MOSQUEE DE SOLIMAN LE MAGNIFIQUE

La ville que l'on visite est belle et propre, décorée de nombreux parterres de fleurs disposés de façon curieuse et originale.

De là, on se dirige sous une pluie battante, vers la MOSQUEE RUSTEN dans un quartier de commerce.

C'est une œuvre de l'architecte Sinan pour la fille de Soliman le Magnifique.

Erigée de 1560 à1564, pas très grande, ses parois sont recouvertes de mosaïques d'Iznik.

Nous allons au BAZAR DES EPICES. MISIR BAZAR.

Il est installé dans le secteur de la Nouvelle mosquée.

Bâti en 1665, il comporte 6 entrées et s'étend sur 5.000m².

Les étalages sont très colorés: épices diverses, loukoums, fruits secs, thé, café, douceurs, herbes

Médicinales, raki, caviar....

Les marchands sont agréables, on nous dit que la Russie est proche (juste la traversée de la mer Noire)

et fournit une nombreuse clientèle. Nous rencontrons aussi des touristes asiatiques.

Ici, nous allons acheter du safran, des loukoums …..

 

VOIR ICI LES PHOTOS DU MARCHE AUX EPICES

Nous nous dirigeons vers le restaurant au bord du Bosphore, toujours la pluie, dommage.

La table  est jolie, couverte de différents mézès bien appétissants, on nous servira après un bar grillé,

Il y a même de la bière et du vin.

PROMENADE EN BATEAU SUR LE BOSPHORE

 C'est un passage maritime relativement étroit (698 à 3.000 mètres de largeur, 42km de longueur)

il relie la mer Noire à la mer de Marmara, c'est la limite, avec le détroit des Dardanelles de l'Asie

et de l'Europe.

 Un mot sur le détroit des Dardanelles ou Hellespont, de sinistre mémoire avec la bataille de 1915 à

1916 qui ont fait quelques 100.000 morts de part et d'autre (turcs et allemands contre nos alliés)

Le Bosphore est franchi par trois ponts suspendus, vertigineux depuis notre bateau, un tunnel et de nombreuses navettes, la ville étant disposée de part et d'autre.

Le Bosphore n'est pas très profond,  il est parcouru de violents courants qui ne facilitent pas la navigation. Les gros bateaux venant d'Odessa, de Crimée, de Russie doivent faire appel à un pilote turc et averti pour ce passage.

Aïché nous a montré sur la carte que la Turquie est entourée par la Bulgarie, l'Ukraine, la Crimée,  la Russie, la Géorgie, l’Arménie, l'Iran et la Syrie, des voisins bien agités.

Dans le bateau, la pluie brouille les vitres, nous allons sortir  à l'arrière pour admirer les belles constructions qui le bordent. 

VOIR ICI LES PHOTOS DE NOTRE BALADE SUR LE BOSPHORE.

 Retour vers l'hôtel, il n'est pas très tard, Josette propose de visiter le quartier.

Nous voilà parties dans des rues transformées en ruisseaux, à proximité la discothèque bruyante

du samedi soir avec des boum boum toute la nuit, des boutiques genre olé olé, bon, on rentre.

 Dernier repas à Byzance, Régine ronchonne par rapport à la nourriture, je crois.

Petite veillée et les valises.

9 mars 2014

Sur le trajet vers l’aéroport, Aïché nous montre quelques monuments, nous l'avons bien appréciée

pour ses commentaires, sa discrétion, sa disponibilité.

Le chauffeur, trés habile dans un trafic intense et tumultueux  a été  bien, il a quand même ramassé un PV.

Pour notre petit groupe: Michèle et Philippe très attentionnés, Janice et Max bien agréables  et tous les autres bien contents d'être venus à Istanbul, heureux et sans soucis ni tracas,  ah!  si on pouvait rester 2 ou 3 jours de plus.

Notre voyage a été court, intense et très confortable.

 

 
< Précédent   Suivant >